Relever les défis d'un secteur de la construction en mutation

Les fabricants d'équipements de construction sont confrontés à plusieurs problèmes, notamment l'appel constant des clients et des législateurs en faveur d'une amélioration de l'efficacité et de la productivité. À cela s'ajoute le désir constant de réduire le coût total de possession. Les principaux moteurs pour atteindre ces objectifs apparemment incompatibles sont la connectivité, l'automatisation et la numérisation.

 

Avec l'adoption des normes d'émissions de la phase V dans toute l'Europe en 2019, les fabricants de machines sont confrontés à de nouveaux changements réglementaires qui réduiront encore davantage les émissions de gaz d'échappement nocifs. Les normes européennes de phase V ont été introduites dans toute l'Europe en 2019 pour les moteurs de moins de 56 kW et de plus de 130 kW, les moteurs de la gamme populaire de 56 à 130 kW étant conformes à la norme à partir de 2020.

 

La phase V couvre un groupe beaucoup plus large de moteurs et de types de carburant et soumet à la réglementation de nombreuses applications fixes telles que les générateurs et les concasseurs.

 

En prévision de cette situation, de nombreux fournisseurs de moteurs avaient déjà introduit les filtres à particules diesel (DPF), la réduction catalytique sélective (SCR) avec un additif de fluide d'échappement diesel (DEF) tel que l'AdBlue, et la recirculation des gaz d'échappement refroidis (EGR). Toutes ces solutions nécessitent souvent l'utilisation d'huiles et de lubrifiants spéciaux, ainsi que de carburants à faible teneur en soufre qui fonctionnent avec des systèmes d'injection de carburant à ultra-haute pression.

 

La nécessité d'un post-traitement complet des gaz d'échappement a entraîné une croissance des systèmes d'échappement et des systèmes de refroidissement des machines, car de nombreuses machines de construction fonctionnent avec un mouvement d'air physique minimal.

 

En utilisant des lubrifiants améliorés tels que le Texaco Delo, les fabricants ont pu allonger les intervalles d'entretien de sorte que la plupart des machines exploitées peuvent désormais fonctionner pendant au moins 500 heures entre deux vidanges d'huile moteur. La filtration hydraulique et les améliorations apportées aux huiles ont également permis d'espacer les vidanges jusqu'à 5 000 heures, les changements de filtre dépassant désormais 2 000 heures dans de nombreux cas.

 

Même les contrôles quotidiens et hebdomadaires réguliers sont prolongés, avec des lubrifiants améliorés tels que le Texaco Delo et des bagues imprégnées qui prolongent les intervalles de lubrification jusqu'à 500 heures. Ceci est particulièrement important pour le secteur de la location, où les opérateurs peuvent être moins rigoureux dans le maintien de programmes d'entretien réguliers.

 

À mesure que les équipements de construction deviennent plus sophistiqués, les contrats de réparation et d'entretien (R&M) deviennent plus courants. De nombreux contrats prévoient un échantillonnage régulier des huiles de moteur, d'hydraulique, d'essieu et de transmission à des fins d'analyse, de sorte que l'évaluation fréquente de l'usure au sein du composant ou de l'assemblage est courante.

 

Cette maintenance prédictive permet aux concessionnaires et aux propriétaires de machines d'accéder à une multitude d'informations qui contribuent à assurer la longévité des équipements et à éviter les pannes coûteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *